Pourquoi l’intelligence artificielle fait-elle peur et quels sont ses réels dangers ?

La Création d'Adam (Michel-Ange), remplacé par une IA

Introduction

Les dernières années, et même les derniers mois, ont vu un accroissement extrêmement rapide des intelligences artificielles génératives dans tous les domaines de la société.

Dans cet article, je ne parlerai que des IA dites génératives dont voilà une définition :

"L'intelligence artificielle générative (IA générative) est une catégorie d'IA qui se concentre sur la création de données, de contenu ou de choses artistiques, de façon indépendante. Elle diffère de l'IA classique, qui se concentre, quant à elle, sur des tâches spécifiques telles que la classification, la prédiction ou la résolution de problèmes. L'IA générative vise à produire de nouvelles données qui ressemblent à celles créées par des êtres humains, que ce soit sous forme de texte, d'images ou encore de musique par exemple."

En même temps que ce développement fulgurant des IA, on a vu fleurir un peu partout sur les réseaux sociaux, ou dans les médias, des questions à propos de cette intelligence artificielle, questions souvent teintées de peur.

Mais quels sont les réels dangers de l’IA ?

A priori, comme ça, sur le papier, il n’y en a aucun.

L’IA est censée aider l’humain, elle peut automatiser ce qui prendrait des heures ou des jours, elle est précise, efficace, elle peut nous faire gagner beaucoup de temps.

Elle permet à ceux qui sont créatifs de concrétiser leurs idées sous forme de vidéos, d’images, de textes, de sons...

Elle aide ceux qui galèrent à écrire du texte en générant des articles, des devoirs, des scénarios de roman ou de film par exemple.

Elle propose une réponse rapide, souvent fiable, à de nombreuses questions.

Bref, l’IA est a priori là pour nous décharger de processus longs et souvent fastidieux.

D’où vient alors ce sentiment de crainte que l’on rencontre de plus en plus vis à vis de l’intelligence artificielle ?

Je ne suis pas une intelligence artificielle, donc je me propose simplement d’énumérer ici quelques pistes de réflexion pour éclairer votre propre analyse, ce sont des hypothèses forcément subjectives  et imparfaites, je ne suis qu’une humaine.

HUMAIN Bot IA

La peur du changement

Les critiques les plus courantes

Je trouve ça assez fou que l’on ne regarde pas plus souvent le ciel alors que c’est un spectacle merveilleux qui se renouvelle tous les jours et qui n’est jamais semblable à un autre.

Mais vous savez ce que je trouve encore plus fou ? C’est qu’une IA qui génère de l’image comme Midjourney d'Open AI ou Stable Diffusion puisse faire peur alors que, dans le fond, elle ne fait que révéler ce que nous ne regardons plus, ce que nous n’imaginons plus.

Si vous demandez à cette IA de créer un ciel magnifique elle le fera, et ce sera une image unique.

Pourtant, quand j’observe sur X par exemple, les réactions aux derniers développements des IA génératives d’images, je constate que de nombreuses craintes s’expriment.

En voici quelques-unes, en vrac :

  • C’est pas normal, c’est pas réaliste.
  • C’est trop beau, on n’y croit pas.
  • On voit que c’est pas un être humain qui l’a fait.
  • C’est la mort des artistes.
  • C’est du plagiat.
  • A quoi ça sert d’apprendre à dessiner ou à peindre si une IA fait mieux que nous ?

Ce sont de drôles de questions qui, à mon avis, vont à peu près toutes dans le sens d’une peur du changement.

C’est humain, paradoxalement : le changement nous déstabilise.

L’intelligence artificielle dérange parce qu’elle est capable de faire mille fois plus rapidement une tâche qu’une personne ordinaire réaliserait beaucoup moins vite mais pas forcément moins bien.

On est déjà là dans le mythe du soulèvement des machines, dans l’idée qu’un jour ou l’autre les machines n’auront plus besoin de leurs créateurs et chercheront fort logiquement à s’en débarrasser mais nous y reviendrons.

Le réel danger

Evidemment que le changement ça peut faire peur, mais est-ce bien sérieux ?

Ces critiques que l’on voit croitre, ont-elles des fondements scientifiques ou logiques vraiment réalistes ?

Il me semble peu probable que l’homme disparaisse à cause de l’IA, par contre il me semble nettement plus probable que cette peur soit une sorte de poudre aux yeux qui nous empêche de voir ce qui, justement, devrait nous sauter aux yeux.

Nous vivons dans un monde qui part tous les jours un peu plus en cacahuète, et, plutôt que de nous attaquer aux vraies causes de ce déclin, nous accusons un outil créé… par nous-mêmes.

Y’a des mômes qui crèvent sous les bombes, d’autres qui ne mangent pas à leur faim, le bruit des bottes enfle sur toute la planète, la terre se réchauffe, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus exploités, c’est ça qui devrait nous alerter parce que ce sont nous, les humains, qui créons tout cela.

Oui, le changement ça fait peur, le grand remplacement par les machines, cela dit, n’est pas pour demain et, au pire s’il l’était, ne serait-ce pas finalement mieux ?

La terre pourrait faire ce qu’elle a à faire tranquillement, les animaux aussi, ptet même que les dinosaures feraient leur grand retour et je ne suis pas sûre que les êtres humains leur manqueraient.

Je ne crois pas que ce sont les machines et/ou les intelligences artificielles qui entraîneront le déclin et la chute de l’humanité, c’est plus vraisemblablement les humains eux-mêmes.

Le cri de l'androïde, d'Edvard Munch
Le cri de l'androïde, d'Edvard Munch

La peur de la perfection

Perfection et machine VS imperfection et humanité

Je ne sais pas si vous connaissez la série « Westworld » si ce n’est pas le cas je ne saurais que trop vous recommander de la regarder. Elle se passe dans un univers dystopique dans lequel l’humanité s’ennuie. Des parcs d’attraction géants ont été créés pour divertir ceux qui peuvent se le permettre et la série se concentre sur l’un d’entre eux : WestWorld. C’est un lieu dans lequel on ne trouve que des robots, extrêmement bien faits et ressemblant à s’y méprendre aux êtres humains.

Dans ce parc d’attraction on peut violer, on peut tuer, on peut assouvir tous ses désirs, c’est même ce qui en fait le succès.

Mais, peu à peu, la fréquentation de ce parc baisse et on demande au créateur des robots de faire en sorte que ses machines aient l’air plus humaines car leur comportement mécanique les rend trop prévisible aux yeux du public. Alors, le créateur va faire quelque chose d’extraordinaire et pourtant extrêmement logique quand on y réfléchit puisque, pour rendre ses robots plus humains, il va introduire quelque chose d’inattendu dans leur code : l’erreur.

C’est l’erreur qui nous rend humains. Une personne qui ne ferait aucune erreur serait probablement parfaite : ce serait un robot.

Les hommes, imparfaits, créent donc des IA qui visent la perfection mais ne sont pas parfaites puisque créées par et pour des humains.

Les critiques les plus courantes

C’est paradoxalement cette tentative de perfection qui, à mon sens, fait peur au public.

Ce qui nous ramène encore et toujours à la peur que nous avons évoquée en fin de partie précédente : la peur d’être remplacés.

Dernièrement, par exemple, j’ai pu voir une vidéo créée par Sora, la dernière IA de vidéo (créée par OpenAi et pas encore en libre accès en février 2024).

Il s’agit du parcours d’une fourmi dans une espèce de tunnel, la vidéo est sublime, vraiment, et dans les commentaires j’ai pu lire de nombreuses critiques :

  • La fourmi a quatre pattes, c’est totalement faux !
  • La lumière et les ombres sont incohérentes, c’est n’importe quoi !
  • Il y a une fourmi qui a une tête sur l’abdomen lol
  • Les réalisateurs de documentaires animaliers vont bientôt être au chômage !

Quand j’entends ces critiques je me demande quelles ont été les réactions quand les premiers appareils photos ont été inventés. Il est probable qu’une partie du public de l’époque a éprouvé une forme de peur face à cet instrument du diable qui parvenait à reproduire fidèlement leur image.

Pouvait-on ainsi voler leur âme ?

Il me semble que les inquiétudes d’aujourd’hui relèvent en partie de cette peur du changement, cette peur d’être dépassés, cette peur de réaliser à quel point nous sommes des êtres totalement imparfaits dans un monde qui change constamment.

Un peintre artificiel corrige La Joconde de Léonard de Vinci
Un peintre artificiel corrige La Joconde de Léonard de Vinci

La peur du grand remplacement par les machines

Parmi les critiques à l’encontre de l’IA s’en trouve une qui synthétise les deux précédentes : la peur que la machine finisse par remplacer totalement l’homme.

En effet, l’IA générative soulève un questionnement légitime à propos de l’obsolescence de certains emplois, pour ce qui est de l’obsolescence de nos vies j’ose imaginer qu’on est tous au courant. 🙂

La mort des artistes et de l’originalité ?

Si ChatGPT est capable en moins d’une minute de générer un texte correct, sans fautes d’orthographe, pertinent et justifié, quel est l’intérêt de continuer à écrire peut-on se demander, à juste titre.

Certes, un certain nombre d’emplois et de métiers risquent de devenir obsolètes, de la même manière que l’automatisation dans l’industrie a relégué aux oubliettes d’anciens métiers devenus aujourd’hui inutiles.

Faut-il pour autant en déduire que c’est la mort des métiers tels que ceux d’écrivain ou de rédacteur web ?

Probablement pas.

En effet, le style d’écriture d’un être humain a une composante émotionnelle et nuancée qui n’est pas encore franchement reproductible par la machine.

Les IA permettent d’automatiser des tâches laborieuses et contraignantes mais cela ne peut pas remplacer une pensée humaine, complexe et nuancée, à chacun sa spécialité.

Enfin, il faudra bien que des hommes ou des femmes s’occupent de dire aux machines ce qu’elles doivent générer, dans quel style, dans quel but, quel volume, et ce travail, par exemple, peut devenir, est en train de devenir, un nouveau métier.

Une IA en train d'essayer de voler mes compétences de rédactrice web
Une IA en train d'essayer de voler mes compétences de rédactrice web

Nombreux sont les artistes qui ont pourtant pris peur de la montée en puissante des IA telles que Dall-E, Midjourney ou Gen2, des IA capables de générer de l’image ou de la vidéo de manière époustouflante.

Les artistes reprochent aux IA de se baser sur des œuvres humaines pour générer des images artificielles.

C’est en effet le cas, les IA ont un énorme réservoir d’images dans lequel elles puisent et, plus ce réservoir est grand, plus l’ IA est capable de produire des images pertinentes.

Faut-il en conclure pour autant qu’il s’agirait d’une forme de plagiat ?

Certains le pensent, ce n’est pas mon point de vue.

Pour commencer, l’IA ne fait pas autre chose que ce que fait l’immense majorité des artistes, quel que soit le domaine artistique : on ne crée pas à partir de rien.

Même l’artiste le plus novateur s’inscrit dans une histoire de l’Art, parfois dans la continuité, parfois dans une forme d’anticonformisme mais s’il s’inscrit contre les mouvements précédents il faut bien que ces mouvement aient existé.

A nouveau, on ne crée pas à partir de rien.

La Jeune fille à la perle, de Johannes Vermeer de Delft, version androïde
La Jeune fille à la perle, de Johannes Vermeer de Delft, version androïde

La mort de l’originalité et de la vérité ?

Ainsi, les artistes débutants commencent quasiment tous en étudiant puis en copiant les techniques et les sources d’inspiration de ceux qui les ont précédés pour finir par trouver, dans le meilleur des cas, leur propre style.

L’ IA n’échappe pas à cette règle, elle puise dans ce qui a été produit avant son apparition pour générer quelque chose qui est en partie nouveau ET en partie connu.

Le problème se pose alors de savoir s’il est possible de distinguer une œuvre faite par une IA d’une œuvre faite par un être humain.

Le plus souvent, je pense que c’est le cas.

Il y a dans l’image créée par une IA quelque chose de très particulier qui fait qu’on peut souvent la différencier du travail traditionnel d’un artiste même si cela tend à devenir moins vrai au fur et à mesure des avancées fulgurantes de la technologie dans ce domaine.

Est-ce pour autant une raison de s’inquiéter lorsqu’on est artiste ?

Je ne le crois pas.

Ce n’est pas parce qu’une IA est capable de générer en moins d’une minute l’image d’un tableau reproduisant le style de Renoir ou de Picasso que cela remplace ni même ne concurrence le plaisir que l’on peut avoir, en tant que spectateur, lorsque l’on se trouve devant un tableau, dans un musée par exemple.

On peut même imaginer que le développement de l’ IA va pouvoir permettre à des gens qui n’avaient pas eu accès à cette culture artistique d’en apprendre davantage sur les artistes dont ils demandent à la machine de s’inspirer. 🙂

Pour finir, générer de l’image demande des compétences et des techniques particulières, les personnes qui produisent les plus belles images aujourd’hui sont souvent elles-mêmes des artistes qui viennent de découvrir un nouvel outil passionnant.

Les images générées par IA sont produites par un être humain qui a lui-même une sensibilité, une poésie, des idées et un style uniques. Ce sont souvent des artistes qui dirigent ces machines, ce serait dommage de l’oublier !

Une IA contemple un Picasso pour mieux s'en inspirer
Une IA contemple un Picasso pour mieux s'en inspirer

Le développement de l’IA fait enfin craindre un déferlement de faux contenus en ligne et c’est un des reproches qui revient le plus souvent.

Nous avons peur d’être trompés, abusés, manipulés.

On a ainsi pu voir de fausses vidéos ou de fausses images de célébrités ou d’hommes politiques et l’image, qui a longtemps servi de preuve, devient de plus en plus un support dont il faut se méfier.

Mais est-ce vraiment une mauvaise chose que de se méfier de l’image ?

Il me semble que c’est plutôt une excellente nouvelle que le grand public s’empare de ce sujet et questionne, remette en cause, ce qui lui est montré.

Paradoxalement, le développement des deepfake va de pair avec une recherche plus poussée de la vérité, c’est inégal, il y a parfois des retours en arrière, des peurs, des victoires comme des défaites mais cela me semble participer d’une entreprise saine de vérification de l’image et des sources en général.

Conclusion

A l’heure actuelle, l’intelligence artificielle générative est encore très loin d’imiter l’intelligence humaine.

Elle est limitée, elle nécessite un réservoir de données extrêmement large pour pouvoir vraiment être fonctionnelle, elle peine à discerner encore ce qui pour un œil humain est évident.

Elle a été créée par et pour les humains.

Opposer bêtement machine et humain me semble stupide et contreproductif.

Dans l’idéal, la machine aide l’être humain, dans l’idéal la machine et l’être humain collaborent pour nous conduire vers un monde… plus humain.

L’intelligence artificielle n’est qu’un outil.

On peut faire de la merde avec n’importe quel outil, et du beau aussi, ce n’est pas la faute de l’outil : c’est celle de celui qui s’en sert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site cherche des amis. Auteurs / autrices, testeurs / testeuses, critiques, philosophes...

Synthographie.fr

a deux passions :

la génération d'images
par intelligence artificielle

avec des logiciels
comme Midjourney,
Dall-E, Stable Diffusion...

la génération de texte
par les modèles de langage (LLM)

avec des logiciels
comme ChatGPT,
Mistral, LLaMa...

Retour en haut